• L ‘association Vert tendre participe à la vie du réseau toulousain des jardins partagés auprès de l’association « partageons les jardins » implantée à Toulouse.

L’association partage les valeurs portées par le réseau national du jardin dans tous ses états et accompagne plusieurs jardins:

  • Le jardin partagé de la Rougette situé à Labastide St Pierre ( 82)

L’association partageons les jardins a conduit le diagnostic, la mobilisation ainsi que la concertation portant sur l’aménagement, le fonctionnement  de ce jardin de 4000m2 porté par le CCAS de la commune.

C’est un mélange de parcelles individuelles et d’espaces collectifs.

L’association Vert tendre a pris le relais pour animer des temps collectifs au jardin portant sur la vie collective mais aussi sur des actions de jardinage  et l’apprentissage de méthodes biologiques et d’autonomie ( faire ses semences, fabriquer ses engrais, faire des boutures pour multiplier les plantes) etc..

L’accompagnement va bientôt se terminer et nous travaillons avec le comité des jardiniers à la création d’une association collégiale.

Le jardin des partages à la résidence Vicdelfau à Labastide st Pierre:

Ce projet est porté par le bailleur social,l’ ESH ALTEAL, le CCAS et l’association Vert Tendre. L’association bénéficie pour mener le projet d’un financement de la mairie, du bailleur ainsi que du FIS ( fond d’innovation sociale des bailleurs sociaux).

L’association a mené une mobilisation par porte à portes, réunion publique pour fédérer les locataires de cette résidence HLM autour du projet.

Au début, découverte du terrain

La finalité du projet est d’inciter et faciliter la réappropriation de nos
espaces de vies, gagner en autonomie alimentaire, provoquer des rencontres et cultiver la solidarité.

Le projet s’articule  autour de trois pôles:

•L’entretien d’un jardin
collectif de 400 m2 par des
locataires volontaires pour
une production de fruits
et légumes de qualité.

•La mise en culture à visée
pédagogique et productive
de certains espaces verts
publics.


•Les rencontres de
l’écologie et du partage
(une fois par mois) pour
apprendre, échanger et
passer à l’action.

La création de richesses directes pour le bénéficiaire d’un jardin potager n’a rien d’anecdotique s’agissant des foyers les plus modestes. Des chercheurs ont fait des calculs : ce revenu complémentaire d’auto-production, bien que non monétaire,équivaut pour certains à un 13éme mois annuel.

Le jardin partagé de Corbarieu

Début de l’accompagnement portant sur l’accompagnement et la concertation en amont du projet: Lundi 13 janvier 2020.